Accueil Business Comment devenir un chauffeur VTC ?

Comment devenir un chauffeur VTC ?

La révolution du numérique dans le domaine du transport a suscité le développement de la profession des conducteurs VTC. De fait, cette activité attire de plus en plus de chauffeurs classiques, ou autres individus en quête d’emploi.

Cependant, cette profession ne s’exerce pas de façon anarchique, car elle est réglementée depuis la base. Alors si vous envisagez de devenir un chauffeur VTC, lisez cet article pour découvrir les étapes à suivre.

A lire en complément : Les avantages des nouvelles technologies pour la formation professionnelle

Passer l’examen avec ou sans une formation préalable

Pour exercer la profession de chauffeur VTC, il est recommandé de suivre une formation adaptée, puis de passer l’examen. La préparation de cet examen peut se faire de deux façons, et il revient au candidat de choisir l’option qui l’arrange au mieux.

Si votre emploi du temps le permet, alors suivez une formation de chauffeur VTC grâce à Axe Formation Conseils à Vitry-sur-Seine. Il existe aussi de nombreuses plateformes en ligne qui offrent cette formation. En général, il faut prévoir environ 400 euros pour pouvoir accéder à ces cours.

A lire également : Comment faire pour se faire émanciper ?

Toutefois, il est essentiel de notifier que l’exercice du métier n’est pas impérativement subordonné à une formation. Pour ceux qui le désirent, il existe alors la possibilité de passer l’examen sous le statut de candidat libre.

Dans l’un ou l’autre des cas, vous devriez vous connecter à la plateforme dédiée pour vous inscrire à l’examen. En cas d’échec au premier examen, vous serez autorisé à faire deux autres essais au cours de la même année.

En cas d’admissibilité, le chauffeur peut aussi décider de suivre une formation liée à la gestion de son activité. Par ailleurs, cette nouvelle formation lui permettra aussi d’acquérir des notions juridiques relatives à son statut de conducteur VTC.

Obtenir la carte professionnelle

La carte professionnelle est l’impératif pour exercer en tant que conducteur VTC. Son obtention est précédée d’une demande adressée au service de la préfecture situé dans le département de résidence du chauffeur.

En complément à cette demande, il faut aussi remplir certaines conditions et bien évidemment fournir des documents. Pour connaitre les pièces à fournir dans le dossier, vous pouvez vous rapprocher de la préfecture de votre localité. Et une fois que le candidat aura obtenu sa carte, il devra l’apposer sur son véhicule de façon à ce que sa photographie soit bien visible.

Opter pour un statut juridique

L’étape suivant l’obtention de la carte est la mise en place d’un cadre juridique qui permettra au chauffeur de s’inscrire au registre professionnel. Pour cela, il doit faire un choix parmi les deux formes juridiques existantes.

Aspire-t-il à une profession libérale ? Ce qui sous-entend la création d’une micro-entreprise VTC. L’autre option consiste à exercer pour une entreprise commerciale. Dans ce cas, il sera amené à choisir entre l’EURL ou le SASU.

Choisir le véhicule idéal et consentir aux assurances

L’automobile de service du chauffeur VTC doit répondre à des critères bien définis. Parmi ceux-ci, on note la robustesse du moteur, et la configuration de l’engin. De façon concrète, l’auto doit disposer de 4 voire 9 places, y compris celui du chauffeur.

De plus, le véhicule doit être coupé suivant des dimensions données, et avoir au minimum 4 portières. Côté assurance, le conducteur doit souscrire à une assurance couvrant ses responsabilités civiles liées au travail. Par ailleurs, il doit aussi assurer son véhicule de service.

Se former aux techniques de conduite et de sécurité routière

En tant que chauffeur VTC, il est indispensable de posséder une bonne technique de conduite et une parfaite connaissance des règles de sécurité routière. Pour ce faire, les futurs conducteurs doivent suivre une formation adéquate.

Cette formation leur permettra d’acquérir les compétences nécessaires pour effectuer leurs missions dans les meilleures conditions. Les cours dispensés portent notamment sur la sécurité routière, l’éco-conduite ainsi que le comportement à adopter en cas d’accident ou de panne.

Les candidats peuvent aussi bénéficier d’une initiation aux produits et services proposés par l’entreprise à laquelle ils sont affiliés ou choisissent de s’affilier. Cette initiation peut couvrir la gestion des applications mobiles utilisées pour recevoir les commandes des clients ou encore le suivi administratif lié au travail du chauffeur VTC.

Trouver des clients et se faire connaître dans le secteur du transport privé

Une fois la formation terminée, le chauffeur VTC doit commencer à chercher des clients. Pour se faire connaître et développer leur clientèle, ils peuvent s’appuyer sur différentes méthodes.

La première consiste à créer un site internet pour présenter leurs services. Celui-ci peut être accompagné d’un blog où le chauffeur VTC publie régulièrement des contenus pertinents pour attirer l’attention de ses potentiels clients.

En parallèle, les réseaux sociaux sont aussi très utiles pour trouver des clients : Facebook ou LinkedIn permettent notamment de toucher une audience large tout en créant du lien avec sa communauté.

Il est aussi possible de recourir à des plateformes en ligne spécialisées dans les transports privés (telles que Uber ou Lyft) qui mettent en relation conducteurs et passagers. Ces plateformes sont souvent utilisées par les voyageurs étrangers qui souhaitent bénéficier d’une prestation efficace et sécurisée en matière de transport.

Il ne faut pas négliger la publicité traditionnelle comme la distribution de flyers dans certains lieux stratégiques tels que les gares ou encore les aéroports où transitent beaucoup de personnes susceptibles d’avoir besoin d’un service de transport privé. De manière générale, réussir dans le secteur du transport privé nécessite avant tout une bonne communication ainsi qu’une grande rigueur professionnelle afin d’offrir aux clients un service irréprochable et pouvoir se démarquer face à la concurrence.

ARTICLES LIÉS